Enquête exclusive – De l’autre côté du périph’ : Saint-Denis, la ville aux deux visages

18 janvier 2017 1 h 52 min
More videos
695
Views
   

Reportage :

Enquête exclusive – De l’autre côté du périph’ : Saint-Denis, la ville aux deux visages :

Diffusé sur M6 le dimanche 15 janvier 2017 à 23:00

Située aux portes de Paris, de l’autre côté du périphérique, la ville de Saint-Denis souffre d’une réputation sulfureuse : chômage, misère, violence, trafic de drogue, tensions communautaires, repère de terroristes… Mais aujourd’hui, Saint-Denis se bat pour être plus « présentable ». Séduits par les prix bas de l’immobilier, de nouvelles familles s’y installent, les investisseurs accourent et un quartier d´affaires flambant neuf vient de voir le jour. Résultat, la ville offre un autre visage, mais elle reste coupée en deux. Désormais, il y a Saint-Denis la riche et Saint-Denis la pauvre.

Loin des clichés, les caméras d’Enquête Exclusive ont suivi pendant six mois des habitants de la commune du 9-3 dans leur quotidien : commerçant, agent immobilier, employé de bureau, médecin, retraité, adjoint au maire, policier… Tous aiment leur ville mais tous racontent la difficulté de tisser du lien entre les communautés. Saint-Denis, c’est l’agglomération qui compte le plus d’immigrés par habitant et le plus de nationalités. On en compte cent quarante !
Dans le centre-ville, les commerces traditionnels disparaissent au profit de magasins dédiés à la seule clientèle musulmane. Restaurants, boucheries, magasins de vêtements où le niqab (le voile intégral) se vend comme des petits pains… Il existe même des salons de beauté « hallal » où l’épilation est interdite, car jugée « péché » et contraire aux lois de l’Islam.
À l’hôpital Delafontaine, médecins et infirmiers doivent répéter chaque jour les règles de la laïcité. Comment faire lorsqu’une femme refuse d’être examinée par un homme ? Le personnel soignant est également confronté à la violence qui déchire la ville : ici, un quart des patients viennent consulter pour coups et blessures.
Pourtant, en dix ans, une partie de la ville s’est métamorphosée. Un quartier d’affaires vient de sortir de terre, près du périphérique : une nouvelle « Défense » où se sont implantées plus de 50 entreprises du CAC 40, attirées par les prix attractifs de l’immobilier.
C’est aussi à Saint-Denis que le célèbre réalisateur Luc Besson a installé sa Cité du Cinéma : 62 000 m² dédiés à la production de films ou de séries télé.
Mais à chaque fois, le même scénario se répète : les entreprises se transforment en bunker et construisent, exclusivement pour leurs salariés, des restaurants, des salles de sports, des crèches, bien à l’écart des quartiers sensibles de la ville. Elles prévoient même des navettes pour les emmener, en toute sécurité, de la sortie du RER ou du métro jusqu’à leur bureau.
Quant aux nouveaux habitants, ceux des immeubles neufs et des lofts rénovés, ils vivent reclus, bénéficient de garages sécurisés pour leur voiture et évitent de se mélanger au reste de la population.