Chirac, l’anti-Américain